• L'autisme à la télévision

    Hier soir, France 2 a eu la bonne idée de consacrer sa soirée à l’autisme, au travers d’une fiction documentaire « Le cerveau d’Hugo » suivie d’un débat. C’était sans doute sa contribution à : « Autisme grande cause nationale 2012 ».

    Malheureusement cet ensemble a péché par deux défauts majeurs.

    Tout d’abord, le documentaire, bien que de très bonne tenue et vraiment intéressant, ne concernait que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger, la forme la moins répandue de l’autisme (15% de l’ensemble), mais la plus médiatique en raison des caractéristiques des personnes qui en sont atteintes. Les « Asperger » sont en général très intelligents, parlent de manière extrêmement recherchée et possèdent souvent un talent remarquable dans un créneau étroit (calcul, musique, dessin, …). Ce sont des « autistes de haut niveau », dont l’archétype a été joué par Dustin Hoffmann dans « Rainman » il y a quelques années. Ils ne sont malheureusement pas représentatifs de la majorité des personnes autistes, la plupart du temps gravement affectées de pathologies connexes telles que épilepsie, retard mental, et diverses formes de handicaps physiques. On a donc eu droit à une émission sur le syndrome d’Asperger, ce qui n’est pas répréhensible, à condition de le dire clairement, car autrement le téléspectateur risque fort d'assimiler l'autisme à une manière d'être un peu spéciale de gens très intelligents, ce qui est vraiment loin de la réalité. J'en ai fait déjà l'expérience il y a quelques années, lorsque, après avoir vu "Rainman", une de mes amies m'a fait la réflexion suivante : "Tu as de la chance d'avoir une fille autiste, elle doit avoir des talents extraordinaires". J'avais eu beaucoup de mal à avaler cette remarque, ma fille n'est pas "Asperger", hélas...

    Ensuite, le débat, mené par l’ineffable Benoît Duquesne,  a été, de mon point de vue, détestable pour beaucoup de raisons :

    -       comme le film, le débat a également fait l’impasse sur les autres formes d’autisme, qui, visiblement n’intéressaient pas le journaliste ;

    -       donner à l’émission le titre accrocheur : « Autisme, le scandale français » revenait à savoir à l’avance qu’on allait flinguer quelqu’un, c'était le piment pour faire de l’audience ;

    -       focaliser encore une fois les attaques sur les psychanalystes conduisait à mener un combat d’arrière-garde, la psychanalyse étant très nettement et heureusement en perte de vitesse depuis quelques années dans notre pays. On aurait mieux utilisé le temps disponible à parler plus en profondeur des résultats des recherches actuelles, et à demander à la ministre le contenu précis du troisième plan autisme qui sera lancé en début 2013 ;

    -      des tas de choses ont été dites de telle manière que l’auditeur moyen les a certainement comprises de travers. La plus criante, malgré le timide essai de la neurologue présente pour rétablir les choses, a été de faire croire qu’il n’y avait que 23 établissements en France, chacun d’une vingtaine de places, accueillant en internat des personnes autistes, alors qu’il ne s’agit que de structures expérimentales pour évaluer les méthodes comportementalistes telles que ABA ou PECS. Il y a par ailleurs des centaines d’établissements et de structures accueillant, en internat ou en externat, les personnes autistes : MAS, FAM, IME, SESSAD[1], etc, dont il n'a absolument pas été question. Mais évidemment, pour Duquesne, cela fait partie du « scandale français » qu’il voulait absolument dénoncer…Décidément, rechercher la vérité, ou même faire preuve d’un minimum d’objectivité, n’est pas la caractéristique de ce monsieur ;

    -      les parents présents n’ont pas vraiment cherché non plus à contrer les allégations de Duquesne. Si on peut les féliciter d’avoir su mener avec courage la création de structures ou d’associations de défense qui n’auraient pas vu le jour sans eux, il n’a pas été dit que pratiquement tous les établissements accueillant des personnes autistes, et même plus largement, des personnes handicapées, sont le fait d’initiatives individuelles. Chacun voit d'abord son petit univers personnel, et c’est bien dommage.

    -       enfin, autant Duquesne a laissé parler les parents quand ils dénonçaient toutes les difficultés auxquelles ils se sont heurtés, soit à titre personnel avec leur propre enfant, soit dans la réalisation de leur projet, autant il n’a cessé d’interrompre les représentants des pouvoirs publics quand ceux-ci tentaient de dresser un bilan de l’évolution des choses depuis dix ans et d’expliquer ce qu’ils voulaient faire dans les années qui viennent. Encore une fois, il s’agissait de prouver que les pouvoirs publics, en France, ne font rien et continuent de ne pas faire grand-chose. Le scandale français, quoi.



    [1] MAS : Maison d’accueil spécialisée, pour les autistes lourdement handicapés

       FAM : Foyer d’accueil médicalisé, pour les personnes ayant de fortes déficiences

       IME : Institut médico-éducatif, pour les enfants autistes

       SESSAD : Service d’éducation spéciale et de soins à domicile

    « Attachement à sa "culture"...Neurosciences et philosophie »

  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Décembre 2012 à 22:53
    Pastellle

    Arrivée chez toi via le commentaire de Lulette sur le blog de Franck, et lu avec attention ta note. Merci de cet autre éclairage, car effectivement comme le téléspectateur (plus exactement, ordispectateur) moyen et ne connaissant pas grand chose à l'autisme, en regardant le film (je n'ai vu que le film et pas le débat ensuite) j'ai fait l'amalgame entre autisme et Asperger. Je vois que je me suis trompée. Et je vais aller me renseigner un peu mieux. 

    2
    Jean-Jacques Profil de Jean-Jacques
    Mercredi 12 Décembre 2012 à 18:17

    Merci Pastelle pour cet intérêt naissant pour l'autisme ! J'aurai ainsi au moins éclairé une personne, ce qui justifie déjà bien le temps passé à écrire cet article ...

    Je vais aller faire un tour chez toi.

    3
    Jeudi 17 Avril 2014 à 12:56

    C'est ce qui est bien dommage avec la télé : peu de sujets intéressants, et même quand ils le sont, ils ne sont pas traité à fond. J'ai vu il y a peu un autre reportage sur le sujet "Mon fils, un si long combat" (en entier sur youtube), où il n'est pas question d'un autiste Asperger, mais bien d'un enfant atteint d'une forme différente d'autisme. 

    Bon, toi, tu sais ce que c'est, mais si ça peut en intéresser certains ... 


    4
    Vendredi 20 Février 2015 à 16:52

    Bonjour Jean-jacques,  je suis déjà passée par ce genre de remarques de la part de personnes qui par le biais de la télévision ou même par un vécu tout autre pensent que c'est chouette d'être ceci ou cela...

    ma sœur a un audiogramme en dessous du seuil d'audition et que n'ai-je pas entendu aussi des "wow je connais une sourde, elle est chouette, elle comprend tout ce qu'on dit et je sais me faire comprendre et ceci et cela...."

    j'ai bien des fois ressenti de la montée d'adrénaline face à ces discours sachant qu'un individu n'est pas l'autre et que l'on pataugeait pas mal à cette époque dans ce domaine...

    juste pour dire cela

    merci pour ton blog et continue, intéressant ton avis sur la procrastination, j'attends la photo....j'ai aussi une foule de choses non urgentes sur ma liste...sur la table de la cuisine....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :